Strict Standards: Non-static method iniFile::read() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/post_config.php on line 47 Strict Standards: Non-static method l10n::init() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/post_config.php on line 96 Strict Standards: Non-static method l10n::set() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/prepend.php on line 111 Strict Standards: Non-static method l10n::set() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/prepend.php on line 112 Strict Standards: Non-static method l10n::set() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/prepend.php on line 120 Strict Standards: Non-static method l10n::getLangFile() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.l10n.php on line 52 Strict Standards: Non-static method cache::http() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/prepend.php on line 137 Strict Standards: Non-static method galleryExif::readIniFile() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/ecrire/tools/gallery/class.gallery.php on line 72 Xoxo et Chema: retour au Mexique! Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/functions.php on line 204 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/layout/functions.php on line 204 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

Xoxo et Chema: retour au Mexique!

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

dimanche 9 décembre 2007

Fin des récits !

Voilà ici s'arrête nos récits sur ce voyage 2007 au Mexique, avec une petite excursion imprévue au Guatemala et au Belize. Bonne lecture à tous ceux qui passeront par là! :)

2 petites photos pour illustrer Xochitl et Chema au Mexique....

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

vendredi 28 septembre 2007

Vendredi 28 septembre: dernier jour

Il faut faire les sacs... enfin plutôt il faut caser tous nos souvenirs entre quelques fringues ! Petit déjeuner de luxe : café, pain, beurre et confiture, huevos rancheros et huevos « divorciaded », jus de fruit. Un vrai délice, comme d’hab ! Et pas si cher, 55$/personne. Un peu plus cher que les 2 petits déj des jours précédents mais tellement mieux ! Du vrai café...

Nous sommes un peu juste dans le timing pour le bus de JM. Il part en effet avant moi, nous n’avons pas le même avion. En arrivant au terminal de bus nous tombons sur Jana et Daniel qui arrivent tout juste de Tulum.

JM monte vite dans son bus et j’accompagne donc nos 2 allemands à la recherche d’un hôtel. Puis nous irons ensembles à la plage. J’essaye d’user de mon charme pour expliquer au gars qui loue les transats que je suis déjà venue la veille, que c’est mon derner jour, que si je paye trop cher je n’aurai plus de sous pour lui acheter quelque chose à boire... Bon soit disant la veille il s’est fait taper sur les doigts comme quoi il n’a pas loué asser cher et nous payerons donc 80$ pour 3 (contre 50$ la veille pour 2. Bon, je dois revoir ma technique de charme, ce n’est pas encore au point ! Et avec le reste de pesos c’est juste assez pour payer une dernière noix de coco à boire, au pesos prêt, propina incluse !

Un dernier saut à la piscine de l’hotel pour se rafraichir avant d’enfiler un jean et d’aller prendre le bus pour l’aéroport...

J’arrive après 1h de trajet, en apercevant au loin Cancun où nous n’aurons même pas mis les pieds... Je m’attend à retrouver l’aéroport comme à l’aller, vide et froid, mais le bus nous pose devant une porte noire de monde. Mais où vont tous ces gens ? Tout simplement au même endroit que moi, direction Amsterdam ! Et oui, nous sommes vendredi aujourd’hui, les all inclusive doivent finir leur séjour !

J’attend un peu plus d’une heure au milieu de gens au bronzage impeccable (ils ne pêlent même pas c’est pas juste !) et aux grosses valises carrées de toutes les couleurs. Je me sens bien petite avec mon sac à dos, mon jean et mes baskets. Les filles sont presques toutes en jupes ou en short ! (hihi, et qui c’est qui va bien se marrer en arrivant dans le froid européen !!) Enfin c’est mon tour. Le gars m’annonce que pour 300$US je peux rester un jour de plus. Non ce n’est pas moi qui paye, on me paye 300$US pour une place en surbooking, c’est à dire que je ne pars que le lendemain et on m’offre en plus logement et transport. C’est tentant... Je pourrai rembourser une petite partie des vacances, et puis un jour de plus en vacances, que demande le peuple ! J’accepte donc et j’attend pour savoir s’il y a assez de place ou non dans l’avion.

Pour finir il y aura une place pour moi (dommage !), mais pour me remercier de mon attente où on m’a déjà filé un bon pour manger et boire gratos, on me donne un billet en 1ère. Classe ! Bon, je ne vois pas trop la différence avec la classe éco, autant de place pour les jambes. La seule chose qui pourrait changer c’est qu’à l’aller on nous proposait de nous prêter un lecteur vidéo (choix entre 10 films, plein de musiques, comédies...) alors que là on nous le file d’office. Je me demande si c’est payant en classe éco... Par contre autre chose que je n’ai pas eu à l’aller : un verre de Bailey’s pour cloturer le repas !

Le voyage se passe bien, j’ai cru mourir 3 fois en imaginant être assise à côté d’un gars trop louche qui avait tout de la tête d’un gars qui allait faire sauter l’avion : il lisait un livre avec des croix chrétiennes en feu sur la couverture, parlait une langue bizarre, faisait ses prières, écoutait « La lettre à Elise » tellement fort que le pilote devait l’entendre... bref c’était juste histoire de flipper pour rien !

Hasta la proxima Mexico !!

Ca, c’est juste une photo de la première publicité qu’on voit quand on sort de l’avion : une pub pour mon entreprise : Welcome back in France and in the world of work !

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

jeudi 27 septembre 2007

Jeudi 27 septembre: Playa del Carmen

Petit déjeuner mexicain : Huevos a la mexicanas. Prix : 44$ pour 2. Avec le café en plus, où plutôt un bol d’eau chaude et du nescafé l’addition arrive à 80$ ; ca fait cher les cafés ! On le signale au gars qui nous sert qui s’excuse et nous annonce le nouveau prix : 70$. Mouais ! Pas sûr que ça soit vraiment ça, on est un peu pris pour des gringos là et on se fait royalement couilloner. Le change qu’il nous rend ne comporte que des pièces de 10$ espérant ainsi avoir une bonne propina en prime, mais nous sortons notre petite monnaie pour lui laisser 5$ et je pense que même avec ça on est gentil, il est gagnant.

Nous poursuivons nos achats pour ramener cette fois de l’artisanat mexicain et nos coupelles à 200$ de la veille on les prendra à 40$ dans une petite boutique tenue par une française qui achète directement aux producteurs.

Après-midi plage sur 2 confortables transats face à la mer, en espérant cette fois ne pas tombre sur un groupe de gringos comme la veille.

Petit tour à la piscine de l’hôtel au milieu d’une végétation luxuriante et de toucans. Et même s’il est un peu loin, nous refaisons le même resto que la veille. D’habitude on aime bien changer de resto, mais quand on tient une valeur sûr mieux vaut la garder !

On ne quittera pas le Mexique sans une petite Margarita, on la prendra dans un bar « branché » de la Quinta. 50$ les 2 (environ 3,75€) et succulentes ! Elles sont servies avec du sorbet citron, une très bonne idée, il faut juste que je la retienne!

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

mercredi 26 septembre 2007

Mercredi 26 septembre: Playa del Carmen

Finalement nous arriverons à 4h45 du matin à destination. Nous somnolons à tour de rôle dans le terminal de bus pour attendre une heure un peu plus raisonnable pour se rendre dans un hôtel. L’heure raisonnable sera 7h du matin. Ainsi nous avons économisé une nuit d’hôtel et pouvons terminer notre nuit dans un lit bien confortable ! Surtout que pour nos 2 dernières nuits ici, on a pas pris l’hôtel le plus minable (ça change !) Vers 10h petit déjeuner mexicain : huevos rancheros ! (omelette sur une tortilla grillée couverte de frijoles). Nous nous retrouvons sur la plage où nous louons (et oui faut payer, mais faut aussi bien négocier) des transats pour la journée, jouissant d’une belle plage de sable blanc et d’une eau turquoise magnifique. Même que l’orage au fond sur l’île de Cozumel nous aura épargné !

Nous profitons ainsi de l’après-midi jusqu’à ce qu’une bande d’américains se poste juste devant nos transats et demande qu’on leur installe une table à cet endroit. Notre vue se réduit tout à coups à 3 chaises vertes, une table verte, 3 transats jaunes et 6 américains grassouilleux sur le tout. Le spectacle est à son apogée quand l’un d’eux se met à gerber dans le sable juste devant nos yeux ! On aura beau râler auprès du serveur, celui-ci nous explique qu’il n’y peut rien, ici ce sont eux les rois. Ils commandent boissons sur boissons et reprennent sans arrêt « more chips », c’est sûr nous ne faisons pas le poids avec notre pauvre plat de nachos et notre bière (et en plus une pour 2 !)

Bref le gros cliché comme on peut l’imaginer, les américains sur les plages mexicaines sont vraiment... y a rien pour les décrire. Tout à coups JM n’envie plus du tout de voir ce que pourrait être le spingbreak.

Fin d’après-midi, nous allons acheter nos souvenirs de vacances : excellente tequila, bonne tequila, crème de tequila, liqueur de tequila, tortillas fraîches, mole, frijoles et autres...

Repas au « Pastorcito » recommandé par Carlos, le mexicain avec qui j’ai voyagé dans l’avion. Un délice ! Un vrai restaurant mexicain dans un quartier mexicain. Des chaises en plastique orange « Corona », une nappe en plastique, des totopas à grignoter avec sauce verte et rouge (genre tortillas qu’on utilise en France pour faire des nachos) et même une représentation assez kitch de Jésus !

On commande au fur et à mesure ce que l’on souhaite : tacos al Pastor évidemment, cebollas de cambray (oignons frais grillés), queso fondido con chorizo. Un régal ! Et pour pas cher en plus, et surtout loin des touristes !

Petit tour sur la Quinta (la grande rue touristique de Playa) où s’amassent les touristes, on y trouve des langoustes au même prix que celles qu’on a mangé au Belize, sauf qu’on avait en plus pour ce prix la journée entière de snorkeling et de pêche. Le plat le moins cher coûte le repas entier qu’on vient de se faire à 2, et on s’est fait pêter le bide !

Le comble: on nous propose une petite coupelle d’art mexicain à 200$ alors qu’on l’avait trouvé à 60$ à Tulum avant négociation. A ce prix là, il vaut même mieux retourner à Tulum en combi !

Bref l’ambiance est cool mais à prix exhorbitants. Je comprend tout à fait les gens qui aiment cet endroit, j’apprécie également, il y a de la musique, il fait bon, tout le monde est relax, mais ce n’est pas mexicain du tout il faut avoir ça en tête.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

mardi 25 septembre 2007

Mardi 25 septembre: Belize puis retour au Mexique

Aujourd’hui nous quittons Caye Caulker mais en profitons encore un peu le matin. On aime cette ambiance ! Bon y a pas grand chose à faire mais on a l’impression de connaitre tout le monde. Les locaux viennent te tendre la main poing serré en t’appelant « My friend ». Il y a du reggae un peu partout, ambiance vraiment décontracte. Il y a 2-3 familles avec des grosses mamas noires qui rient à gorge déployée au bord de l’eau et leur rire en est presque contagieux ! Après une petite baignade dans une eau translucide et parmi les poissons, nous allons nous remplir la panse d’un merveilleux club sandwich et d’un cheese burger.

Le bateau pour Belize City part à 15h, nous y rejoignons Daniel et Jana . Une fois sur le continent nous allons à pied au terminal de bus pour s’imprégner un peu de l’ambiance locale. C’est tellement différent du Guatemala ou du Mexique ! Déjà par la couleur de peau, je n’ai jamais fait autant touriste de ma vie ! Et puis il y a beaucoup de monde, de la musique ragga qui sort des magasins. Nous nous arrêtons dans un pour y acheter un CD local.

On attend 3/4h notre bus express pour Chetumal. Quand nous le voyons arriver on se demande si c’est vraiment un bus express comme indiqué sur sa carrosserie: Tout de métal, forme carré, genre bus scolaire jaune américain. Un gars qui portait des sacs vient nous demander de l’argent pour nos sacs qu’il n’a pas porté ! A l’intérieur du bus ce sont des banquettes vertes, toutes carrées, où quand on s’y assoit le plus droit possible nos genoux touchent encore la banquette de devant. Bon je sais qu’on est assez grands, mais quand même ! Quand la musique démarre, 3 petits néons bleus au devant du bus se mettent à clignoter en rythme. J’adore !

En chemin des gens montent dans le bus jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de place et qu’une bonne dizaine de voyageurs restent debout. Puis on s’arrête au milieu de rien, il fait nuit noire, un gars descend, un autre descend 200m plus loin. Où vont-ils, enfin plutôt comment savent-ils qu’ils sont arrivés à bon port ?

Rien à déclarer à la frontière entre le Belize et le Mexique. Comme à l’aller, je remarque qu’entre les deux frontières se trouve un immence casino qui semble luxurieux. Curieux quand on voit que de chanque côté de la frontière rien ne parait aussi flamboyant...

Du côté mexicain je reste encore ebahie devant les panneaux publicitaires déchiquetés par l’ouragan Dean. Ca me rappelle qu’à Mérida les gens les avaient tous enlevés. Est-ce par ce qu’on est dans une partie moins visitée, avec de plus petites villes qu’ici les panneaux n’ont pas été enlevés en préventif ?

A Chetumal, nous avons le choix entre 2 bus :

- 23h30 en 1ère classe, 4h pour rejoindre Playa

- Minuit en 2nds classe, 5 à 6h pour rejoindre Playa

Nous obtons pour le second bus, la seule différence entre les 2 classes étant la présence de toilettes. Dans les 2 nous savons que la clim sera à fond et qu’on se pèlera. Et au moins avec le 2ème bus on arrivera plus tard à Playa del Carmen, nous laissant un peu plus de temps pour dormir. Daniel et Jana descendent à Tulum juste avant nous.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

lundi 24 septembre 2007

Lundi 24 septembre: Snorkeling

Aujourd’hui nous allons faire la principale activité de l’île : de la plongée masque et tuba, ou pour être moderne on dit du snorkeling. Il fait un temps radieux, la journée s’annonce belle.

Nous sommes 10 au total sur le bateau : nos 6 potes de la veille, un couple d’allemand (encore !) que nous avons rencontré à notre hôtel et nous. Plus bien evidemment le gars qui conduit le bateau, un gars sorti tout droit de la Jamaïque (l’île de Caye Caulker y ressemble fortement à la Jamaïque !), et son « homme à tout faire » qui entre autre gardera le bateau pendant nos plongées. Nous atteignons un premier site de plongée dans une réserve natuelle. Nous y sommes accueillis par une horde de requins ! Et là le gars nous explique qu’il faut sauter.

...

Euhhhh

...


Ici les requins sont totalement inoffensifs et mêmes amicaux. Nous, nous avons des chats et des chiens en animaux de compagnie, ici ce sont des requins et des raies que nous pouvons toucher et embrasser ( ?). La peau des requins est un peu rapeuse, alors que celle des raies sont plus molles, je dirai un peu gluante. En tous cas c’est magique de pouvoir nager avec ces animaux...

Le second site de plongée n’est plus dans le parc, donc un peu moins de poissons mais une belle barrière de corail qui dépasse même parfois le niveau de l’eau tellement celui-ci est bas. L’eau est totalement transparente, nous avons même pied alors qu’on se trouve à des dizaines de kms de la terre ferme. Nous suivons notre guide qui nous montrera différentes espèces de faune et de flore, malheureusement pour moi les explications sont en anglais.

Nous traînons encore un peu dans l’eau et à notre rythme nous rejoignons le bateau où nous attend un bon sandwich au thon.

Ensuite nous partons pêcher la langouste, encore avec masque et tuba. Comment ça se pêche ? Faut demander à JM qui est le seul à y être arrivé ! Il faut plonger (déjà là je suis pas très douée !) et regarder dans les creux des roches sous marines, c’est là qu’elles se cachent. Avec un pic il faut aller la chercher et l’embrocher pour la sortir de sa cachette. Puis dernier coup de pic dans l’abdomen et elle est inerte. Au total nous récolterons 6 langoustes et un crabe.

Vient ensuite le moment de la pêche à la ligne depuis le bateau. Nous serons très doués pour nourir les poissons avec nos apâts, mais pour ce qui est de ramener des poissons c’est une autre histoire ! Au total : 4 poissons.

Retour sur l’île au milieu de l’apreme où nous découvrons nos 1ers coups de coleil. Nous avons bien pensé à nous couvrir sur le bateau, mais le dos en a pris un coup pendant la plongée, nous laissant des fesses bien blanhes et tout le reste bien rougit !

L’île de Caye Caulker nous paraît maintenant bien plus agréable que la veille. Il fait un beau soleil et les cocotiers sont magnifiques, paradisiaques même. Le soleil se couche progressivement dans une ambiance de reggae. Ca c’est les vacances !

En début de soirée nous retrouvons tout le monde pour le repas. En y allant JM croise un couple de français qu’il avait vu à l’aéroport de Lyon prendre le même avion que lui. Le monde est petit et Caye Caulker encore plus, nous y croisons toujours les mêmes personnes !

Pour le repas : nos langoustes et nos poissons pêchés dans l’après-midi, avec une sorte de gratin en sauce de patates et du riz cuit dans de la coco. Succulent ! Quelques bières et une belle soirée avec nos compagnons de voyage.

On dit au-revoir à Tobias et Pétra en se donnant RDV dans un an pour la fête de la bière à Munich !

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

dimanche 23 septembre 2007

Dimanche 23 septembre: Du Guatemala au Belize

Alors que le chemin se transforme en chemin boueux où on se demande quand on va s’enliser, le bus s’arrête au milieu de rien, un gars monte, puis redescendra quelques kms plus loin, toujours au milieu de rien. Qu’est ce qu’il faisait là ce gars ?!

Frontière du Guatemala : nous sommes contens d’avoir pu dépenser tous nos quetzals pour ne pas avoir à faire le change au black. Connaissant également la frontière, nous y allons d’un pas décidé. Là le douanier tamponne mon passeport et me demande 10Qz. Ah non non, celle là on ne me l’a fait plus, déjà on nous avait demandé ça à l’aller, on lui explique que c’est totalement illégal. On lui demande où c’est écrit, il nous répond que son ordinateur il le sait, lui. Et puis au Bélize c’est 30Bz (12€), alors on va pas chialer pour les 10Qz (1€) qu’il nous demande ! Bon ok c’est pas grand chose, mais quand on sait que c’est illégal et que chaque touriste qui passe est arnaqué de cette somme... ça peut vite monter ! Encore un réveil matinal pour prendre le bus qui nous mènera à Belize City. Un avantage : le bus vient directement nous prendre à el Remate, devant la pension. La classe ! Le chauffeur range nos affaires et nous montons dans le bus qui démarre. Et là on voit qu’il n’y a plus qu’une place pour 2... et en prime au dessus de la roue ! Je me prépare à passer le voyage debout (5h !) quand on me montre des strapontins. Le dossier arrive au milieu du dos et n’est constitué que d’une simple barre en fer, mais c’est toujours mieux que d’être debout. Le voyage va être long ! Le truc c’est qu’on avait fait exprès de dépenser tous nos Qz pour ne pas payer, mais le gars lui il nous rend pas nos passeports tant qu’on ne paye pas... Une âme généreuse du bus nous fait l’échange avec des dollars béliziens. L’âme généreuse c’est Tobias, un allemand de notre âge dont nous ferons plus ample connaissance un peu plus tard.

Pour les futurs personnes qui nous lisent et qui passeront cette frontière : demandez d’avoir un reçu officiel contre votre argent, le douanier en sera bien incapable et devrait vous faire passer sans problème !

En remontant dans le bus je vois que mon sac était en fait posé depuis le début sur un siège bien confortable. Et bien j’espère qu’il en a bien profité parce que maintenant ce siège il est pour moi !

Nous arrivons à Belize City où nous avons un bateau-bus 1/2h plus tard pour l’île de Caye Caulker (prononcer « Kikaulker »). Retrait rapide d’argent puis discutons avec d’autres backpackers en attendant le bateau. Nous ferons meilleure connaissance plus tard avec eux en passant notre séjour sur l’île en leur compagnie : - Tobias et Petra : allemands, 26 et 25 ans. Bien qu’ils n’en ont pas dû tout l’air, ils font le tour du monde. Ils viennent de Munich. - Daniel et Jana : allemands de Frankfort, mormonds, 28 et 22 ans, en voyage pour 6 semaines. - « Oran » et Yael : israëliens de Tel Aviv, juifs, de voyage pour 6 et 2 mois respectivement. Nous avons tous ou allons tous faire le Mexique, le Guatemala et le Belize.

Nous arrivons à Caye Caulker dans une atmosphère vraiment plombante. Là, plein de gars nous tombent dessus pour nous proposer des hôtels. Bien qu’on en a un plus ou moins en vue repéré dans le Routard, on finit par accepter de nous faire mener à des bungalows, à condition d’avoir le même hôtel que nos 6 potes mais qui eux partent avec un autre gars. On demande quand même à notre chauffeur de nous mener à l’hôtel qu’on a repéré mais il tient à nous montrer des cabanes sur le bord de la plage.... ok.... mais celles-ci sont horribles et on lui demande donc de nous amener maintenant à notre hôtel. Il nous explique alors que si on va au nord de l’île, là où il y a le meilleur (en fait le seul) endroit pour se baigner c’est plus cher. On s’en fou, on veut notre hôtel. Mais nous, il nous mènera encore ailleurs...

Moi j’en peux plus de ces gars avec qui il faut toujours négocier et à qui on demande un truc et on en a un autre. On est fatigué, le gars a gagné et on prend son hôtel qui n’est pas trop mal. Ma seule condition : nous amener à l’hotel de nos 6 potes. On retrouve ces derniers aux premières cabanes qu’on avait vues, ils ont l’air aussi emballés que nous ! Pour finir ils s’installeront tous les dans l’hôtel qu’on avait repéré dans le routard et où notre « chauffeur » n’a jamais voulu nous poser.

A première vue, l’ile de Caye Caulker nous parait pas si top que ça. Oui il y a de beaux palmiers, mais qu’est ce que c’est sale ! Des déchets partout, quel dommage ! Il n’y a pas non plus de véritable plage, l’endroit pour se baigner, le « split », est en fait un espace laissé par un ouragan qui a coupé l’île en 2. Et pour courroner le tout, il se met à pleuvoir...

A 18h nous retrouvons les 6 autres routards pour manger d’excellentes langoustes grillées. C’est marrant, les repas sont servis dans des boîtes en polystyrène genre McDo. Des langoustes, du riz, de la purée cuite au coco, le tout arrosé de Cuba Libre, un régal ! C’est ce soir là où on apprendra un peu plus sur la vie des mormonds quand Daniel et Jana nous expliquent qu’ils ne boivent pas d’alcool. Puis les israëliens nous racontent un peu leur vie à Tel Aviv où il n’est pas plus dangereux de vivre qu’ailleurs dans le monde. J’essaye de sortir mon faible vocabulaire allemand... Bref soirée intéressante, je reste juste très frustrée de ne pas pouvoir m’exprimer dans la langue de Shakespeare comme je le voudrais...

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

samedi 22 septembre 2007

Samedi 22 septembre: Tikal

Levé matinal pour se rendre au plus tôt sur le site de Tikal. Le shuttle (minibus à touriste) est bien là, même avec de l’avance ! En 40 minutes nous sommes arrivés. Sur le trajet je me demande si on a pas payé qu’un aller simple vu la vitesse à laquelle on prend les virages. Je repense encore plus à ça quand un animal surgit au milieu de la route et qu’on est passé très près du ravin opposé... Sur le bord de la route différents panneaux indiquant de faire attention aux animaux : serpents, tapirs, jaguars... ah ouais quand même ! Il fait encore nuit noire quand on arrive et finalement nous sommes une bonne soixantaine à aller voir ce fameux lever de soleil en solitaire et à être les 1ers sur le site ! Et les gardes qui laissent entrer tout le monde contre quelques billets...

Je ne pourrai pas dire le chemin effectué pour traverser le site. Nous marchons à la frontale, les premières lueurs matinales nous laissent deviner des pyramides encore plus mystiques. En traversant la Plaza Mayor, le guide nous montre qu’en tapant dans les mains l’écho revient sous le son du Quetzal, l’oiseau emblême du Guatemala. Et c’est pas mal ressemblant ! Impressionant, ce n’est surement pas le fruit du hasard, comment ont ils fait les mayas pour construire de telles batisses si bien disposées ? Il faut savoir que Tikal, « le lieu des échos », était déjà un centre cérémoniel 200ans avant JC. Puis les constructions ont été construites les unes sur les autres, un peu dans le style des poupées russes. Ils ne détruisaient rien, ils recouvraient par de nouveaux temples. Apogée, déclin, nouvelle apogée puis disparition soudaine vers 900ans après JC, laissant la végétation reprendre le dessus. Les premiers vrais travaux de rénovation ne se feront qu’à partir de 1956 et on estime que 30% environ du site sont découverts. Cependant, le gouvernement garde un équilibre écologie/culture, c’est à dire que la restauration est nécessaire pour la connaissance culturelle des ancêtres, notre passé, mais que la conservation de la végétation est également primordiale pour l’écologie, et donc notre futur. Faut dire que la restauration coûte également très chère, un temple découvert doit être entretenu régulièrement.

Nous montons sur le temple n°IV : une brume assez dense mais qui laisse découvrir les sommets d’autres temples au dessus des hauts arbres (temples I, II et V). Pour le lever de soleil c’est foutu comme c’était prévisible, mais l’atmosphère qui se dégage est envoutante. La jungle se réveille à son tour, on entend au loin différents oiseaux, des aras, des singes hurleurs, des jaguars ?!! En tous cas l’atmosphère est apesante et nous regardons en silence la jungle se réveiller peu à peu...

Le guide nous fera faire ensuite le tour des principaux monuments du site : temple V, place des 7 temples où quelques singes se balancent dans les arbres ; « el mundo perdido », l’acropole centrale et bien sûr la « plaza mayor » avec les temples majestueux I et II. Par les chemains, il nous montre quelques plantes et animaux qu’on aurait surement pas vu de nous même. L’atmosphère reste envoutante car une légère brume garde le mystère du site. Les pyramides en sont autant plus fasciantes, et tant pis pour les photos si ca rend rien, on aura le souvenir dans notre mémoire. (il est difficile de retranscrire l’atmosphère réelle car ce récit a été écrit depuis le Belize, un endroit si différent !)

Nous continuons l’exploration du site à 2 pendant un petit moment puis rejoignons le minibus qui nous redescend à el Remate. Le chauffeur, le même que la veille, essaye encore de nous faire un deal pour nous amener à Flores. Ils ne sont donc jamais fatigués avec toutes ces magouilles ?! Nous en tous cas ça nous fatigue et on préfère retourner dans notre petite pension cachée entre bananiers et plantes tropicales. Nous ne nous ferons pas prier pour une petite sieste dans le hamac qui nous attend devant notre porte.

Petite baignade dans le lac puis tour dans le village.

Là il y a une chose qui nous frappe : la gentillesse des gens. Toutes les personnes que nous croisons nous disent bonjour avec un grand sourire, sans rien demander de plus et ils passent leur chemin. Il suffit de s’assoir au bord de la route et le gars qui passera viendra te serrer la main et te dire qu’il est content de te rencontrer. Ici on communique par un sourire, un petit geste de la main. Ca nous change de la première impression qu’on a eu à la douane ou avec le chauffeur de Tikal. C’est une totale autre conception de la vie ici, il y a des chevaux en totale liberté, il y a le bruit de la jungle. Un pur bonheur et moment de détente. J’aime comme les gens sont posés ici et on resterait bien plus longtemps, mais hélas le temps à nous, il nous est compté.

De retour au logement, il est agréable de prendre une douche froide dans une petite cabane entre 2 bananiers alors que dehors une pluie battante s’abat d’un coup, mais pas pour longtemps. Ici c’est la saison des pluies, il pleut beaucoup d’un coup mais jamais très longtemps.

Repas puis nuit dans notre Casa Azul.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

vendredi 21 septembre 2007

Vendredi 21 septembre - Route pour le Guatemala

Le bus pour Flores (Guatemala) est à 6h. Mais il faut être au terminal au moins 1h avant (donc 5h du matin !) pour on ne sait quelle raison puisque le bus ne partira qu’à 6h15 ! Le temps d’observer des ménonites, cette tribu excentrique protestante qui a l’air de s’être figée au XVIIIème siècle, genre « Petite maison dans la prairie ».

A la douane entre le Belize et le Mexique, il faut d’abord sortir du car pour aller payer 100$mx comme quoi on va bien revenir au Mexique. Si on ne paye pas, il faudra en payer le double au retour (donc surtout ne pas perdre son reçu !) Au Belize, on descend à nouveau avec nos affaires cette fois pour passer l’imigration. On a un beau tampon dans le passeport nous indiquant clairement qu’on a un jour seulement pour quitter le territoire. Et en prime, pour ce jour passé dans un bus, il faudra payer un droit de sortie !

Petite pluie pour nous accueillir, puis on longe des champs inondés. A première vue l’atmosphère est un peu différente, les gens sont noirs (issus des anciennes colonies d’esclaves), certains maisons ont l’air de venir tout droit du Mississippi et on parle anglais. La chaleur est aussi au rendez-vous, surtout que notre bus n’est pas climatisé. Pour une fois qu’on avait bien pensé à mettre un pantalon pour la clim... En traversant le pays on longe un cimetière d’au moins 1km, les tombes étant pratiquement sur la route. Une chose étrange : alors qu’on y trouve parfois de vrais cadavres de voitres, toutes les pelouses sont tendues !

Passage de la douane Belize – Guatemala : quel bordel ! Bon on descend du bus comme d’hab. Là il faut d’abord passer du côté Belize dans un bureau, premier comptoir où il faut s’acquiter de la taxe de sortie : 30Bz (12€) pour un séjour de moins de 24h, 37Bz (15€) si on a passé plus de temps. C’est assez cher payé quand on sait qu’on est même pas descendu du car dans ce pays ! Mais bon c’est pour la bonne cause, une partie est reversée pour la préservation des parcs (3€, où va le reste ??) Ensuite vient un second comptoir où une dame au téléphone tamponne rapidement le passeport.

On se rend alors à pied du côté Guatemaltèque. Plein de gars nous demandent si on veut changer du fric au black... juste à côté se trouvent les douaniers et flics... tout est normal. Il y a surement des commissions qui sont payées là-dessous.

La douane se résume en 2 guichets côte à côte, sur la route : entrée au Guatemala sortie du Guatemala Plein de gens traînent on ne sait trop de quel côté de la frontière. On remplit quand même un formulaire pour touriste et le douanier annonce : « 15Qz*. » Hein ? J’ai pas trop compris ce qu’il demande, ou plutôt fait comme je ne comprend pas. La douane est en effet l également gratuite. J’attend que JM finisse de remplir son formulaire, on range nos passeports et on lui dit « Merci et au-revoir ! » sans sortir de sous, de toute façon on a pas de Quetzal ! Dans le bus, on demandera à un couple américain qui nous confirmeront qu’ils ont bien payé 10Qz.

  • Qz : Quetzal, monnaie locale du Guatemala

Le Guatemala est connu pour sa corruption, même la petite, et ici tout se négocie, on va très vite pouvoir s’en apercevoir.

La route se transforme en piste, la végétation change, on voit qu’on a changé de pays. Quelques volcans par ci par là, une végétation dense.

Le couple américain demande au chauffeur du bus de s’arrêter à « el Remate », petit bled à 30kms avant Flores. C’est une très bonne idée ça, surtout que c’est pile sur le route de Tikal pour demain. Tout à coup le bus s’arrête, un gars monte dedans et demande : « des gens pour el Remate ? » Nous sommes 6 à se lever. Notre condition à nous pour y aller : qu’il y ai un distributeur car nous n’avons pas de Qz. Pas de problème il y aura sur la route ! Le gars nous explique alors qu le bus est déjà passé à el Remate (et que donc il ne s’y est pas arrêté comme nous l’avons demandé) mais que lui va nous y reconduire en shuttle*. Bizarre...

  • Shuttle : minibus local à touristes, genre colectivo

Les bagages sont ficelés sur le toit, on démarre, le gars nous explique qu’il s’appelle Carlos et qu’il va nous proposer l’affaire du siècle. On fait à peine 100m et le shuttle s’arrête à une station essence pour qu’on puisse y retirer de l’argent. Mais juste avant, il nous demande si demain nous voulons bien aller à Tikal : bien évidemment, tous les touristes dans ce coin y vont. Il nous propose donc de nous y amener de bonne heure, d’y voir le lever de soleil, d’avoir un guide sur le site puis de nous ramener à notre pension.

Là tout se passe très vite : en fait ils sont 3 et nous sommes justement 3 couples. Nous sommes tous descendus du minibus et chaque gars prend un couple à part pour marchander. La proposition est à 250Qz. Un peu cher quand sait que la liaison Flores-Tikal aller retour est à 70Qz puis l’entrée du parc à 50Qz. Bon ok il y a le guide en plus, mais pour moi qui ne parle pas l’espagnol... Notre négociateur (le chauffeur qu’on aura justement le lendemain) nous promet de nous faire un prix spécial à JM (qui se fait passer pour mexicain) et à moi, mais il ne peut pas nous en annoncer la couleur car les 2 autres couples sont sur le point de signer pour 250Qz. On essaye alors de négocier sur le fait de ne pas prendre de guide mais ce n’est pas possible car en fait i lets prévu d’arriver sur le site à 5h du matin alors qu’il n’ouvre qu’à 6h officiellement. Et pour cela, il faut avoir un guide qui nous accompagne et surtout qui payera la « mordida ». En gros, c’est de la corruption !

A force de négociation, on dit OK pour le prix spécial à condition de le connaître tout de suite. Et là, le gars nous annonce qu’il ne peut pas faire de réduction car ça serait injuste envers les autres qui viennent de payer les 250Qz (par personne).

En prime, on nous annonce que le trajet en minibus pour nous ramener à notre pension à el Remate sera payant. JM est à bout : il est hors de question de payer quoi que ce soit alors que le premier bus a oublié de s’arrêter, ou plutôt a fait exprès pour nous mettre dans les pattes de ses potes. Heureusement qu’il se débrouille bien en espagnol ! Les gars passent un rapide coup de téléphone à leur agence, c’est ok on ne paye rien. De toute façon JM n’aurait pas laissé passer y en a marre de parlementer. De plus tant qu’on ne décide pas pour aller à Tikal on ne repart pas (on serait pas un peu en otage là ??) Nous sommes les derniers à ne pas avoir dit OUI, les 3 gars prennent JM un peu à part et proposent 200Qz pour le tout : trajet aller/retour + guide. C’est une bonne offre, on signe enfin.

En remontant dans le minibus, le chauffeur nous propose maintenanr une autre offre, cette fois il nous offre pour 400Qz le site de Tikal et en plus le billet retour pour retourner à Belize City. Mais STOP, y en a marre des magouilles, on lui achetera rien d’autre ! Parce que même si le pack pour Tikal se révèlera très bien, on se sent manipulés et j’aime pas ça.

Le minibus nous posera finalement à la pension « Mon Ami » avec en prime tous nos bagages car vu la conduite sportive à laquelle on a eu le droit, j’aurai parié qu’un ou 2 sacs tombent du toit. Petit hôtel tenu par un français, au bord du lac Petén Itza, tout tranquille, dans une belle végétation, et surtout une belle chambre « casa azul » avec devant un hamac et des fauteuils. En fait il y a une première grande « cabane » (juste un toit, pas de mur) qui fait office de salle pour manger, petit bar, un coin lecture, puis il y a un petit chemin où on trouve les toilettes, un autre pour la salle de bains et pour 2-3 autres cabanes qui servent de chambres. La salle de bains n’a pas de vrais murs qui montent jusqu’en haut, on a donc vraiment l’impression d’être au milieu de la jungle quand on va prendre une douche. On adore l’endroit, et encore plus quand on sait que c’est 100Qz, soit moins cher que notre chambre minable de Chetumal.

Il est 16h environ (on est partit à 6h du matin + 1heure de décalage horaire = 11h de trajet initialement prévu de 7 à 8h...), on se pose tranquillement sous la première cabane de l’auberge pour se rafraichirt un coup et y manger notre premier repas de la journée : spaghettis à la bolognaise, miam ! Une bonne douche (avec un vrai filet d’eau !) et on se couche pas trop tard car on se lève de bonne heure demain. De toute façon la nuit tombe à 18h ici, donc on a l’impression d’avoir de grandes soirées.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

jeudi 20 septembre 2007

Jeudi 20 septembre: Tulum - Chetumal

Le lever de soleil à 6h, c’est foutu, on s’est levé à 8h. Petit déjeuner vue sur l’océan, un régal. Puis plage jusqu’à 10h, l’heure à laquelle on fait nos sacs pour déjà repartir. Vers la réception, on s’aperçoit qu’il y a des lits suspendus sur la plage et des hamacs, ça aurait été cool pour la sieste de la veille ! Enfin… A nouveau taxi pour rejoindre le village où le chauffeur tente encore de nous entuber : « 45 pesos - Ah non, c’est 40 pesos ! - Ah oui, ça doit être ça depuis votre hôtel, ok » Les pris sont en fait affichés au niveau du terminal dans le village, mais ils essayent toujours de voir le prix à la hausse, et ça doit fonctionner souvent…

Bus de Tulum à Chetumal. Au bord de la route, on voit des dégâts qu’a pu faire l’ouragan Dean passé il y a environ 3 semaines : des arbres arrachés, des toitures envolées, des murs écroulés... les maisons, enfin celles que nous voyons, sont toutes debout et quasi intactes. Ce sont plutôt les panneaux d’indication et surtout les panneaux publicitaires qui en ont pris un coup. Egalement l’enseigne de la station essance Pemex est à terre, celle du McDo déchiquetée.

A Chetumal, on prend l’hôtel le plus proche du terminal de bus, et probablement aussi le plus miteux ! Très peu d’eau (les canalisations se sont fait voler), une literie plus que repoussante, des poignées de porte collantes, une seule petite lucarne en office de fenêtre qui donne sur le resto voisin qui fait karaoké effroyable.

La rue est peu attirante également... pas moyen de passer toute la soirée ici, nous prenons un taxi pour nous poser en bord de mer (15$mx pour traverser toute la ville). Pas grand monde par là, l’eau est verdâtre et même mousseuse... on nous explique que c’est également une conséquance de l’ouragan. En remontant l’avenue principale vers le centre, l’animation apparaît peu à peu et les magasins ouvrent. Il est 18h, il est enfin agréable de se balader, la chaleur est un peu moins accablante.

On se trouve un petit resto assez typique, avec des petits vieux jouant aux dominos sur la terrasse. On les imitera avec un jeu de cartes.

Encore un bon repas ! - sincrozinadas en entrée - camarones al bojo de ajo (crevettes grillées à l’ail) pour JM - cocktail de camarones pour moi - 2 bières - 2 eaux de pastèque - licuido de platano (lait de banane) en dessert Le tout pour 250$mx, propina incluse (environ 18€ avec le pourboire)

Petit tour sur internet pour rassurer les gens qu’on est toujours là, et puis retour à l’hôtel (20$mx alors que la route est moitié moins longue qu’à l’aller). Pour la douche, on se contentera d’un maigre filet d’eau. Malgré la fatigue, on tarde à s’endormir : la chaleur est épouvantable dans la chambre surtout qu’on s’est glissé dans nos sacs à viande pour éviter d’être en contact avec les draps, les 2 petits valeurs ne font que brasser l’air chaud et nous bercer dans leur ronronnement qui fait même fuir les moustiques !

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

mercredi 19 septembre 2007

Mercredi 19 septembre: Tulum

Arrivée à Tulum prévue à 8h20. A 7h j’ouvre un oeil et crois reconnaître la station de bus de Tulum. Oui on y est bien, le chauffeur n’a rien annoncé. Heureusement qu’on connait déjà cette station pour la reconnaître... Nous tournons une bonne 1/2h à la recherche d’un hôtel hypothétique. Il y en a bien évidemment, mais nous avons choisi de suivre les panneaux du seul qui n’existe pas. Alors qu’on allait se rabattre sur l’auberge de jeunesse, un gars s’arrête pour nous proposer des cabañas sur la plage. Allez, pourquoi pas, notre but de la journée n’est pas de se reposer ?

Taxi pour y aller. Le chauffeur nous annonce 45$MX alors que le gars des cabañas nous avait annoncé 40$. Toute petite négociation gagnante, les prix étant affichés juste à côté des taxis.

Cabaña rustique mais c’est à quoi on s’attendait : un lit avec une moustiquiaire repoussante (mais bon elle n’est pas trouée c’est l’essentiel), une table et 2 chaises. Les murs sont en rondins de bois. Plage de sable blanc sans aucune personne dessus ! Eau turquoise en bord de mer, puis bleu foncé à cause des algues.

Petite baignade puis on s’en va au site archéologique de Tulum. Encore 40$ pour le taxi, là je crois qu’on s’est fait arnaquer. Surtout qu’il nous dépose au bout d’une impasse qui est l’entrée secondaire du site. Bah au moins on évite la foule noire de touristes se précipitant par l’autre entrée.

Le site de Tulum est pas mal, mais après avoir vu ceux qu’on a déjà fait, on est moins impressionés. Tout est impeccable, l’herbe tondue, les bords de chemins sont bien délimités par des rangées de pierres.

Mais ce qui fait le charme de ce site, c’est sa localisation au bord d’une plage des Caraïbes digne de ce nom.

Nous étions habitués à voir des sites sans personne et là c’est tout le contraire, avec un groupe de jeunes traquant un pauvre iguane et en criant dès qu’il bouge. Du monde partout, il faut plus ou moins faire la queue pour se prendre en photo devant LA carte postale (rendez-vous devant le Castillo, y a un supebe petit palmier, sable blanc, eau turquoise). Bon ok ca fait cliché, mais c’est vrai qque c’est beau cet endroit, sinon y aurait personne !

La visite est rapide et on se repose un moment juste à l’entrée du site afin d’observer ces flots de touristes, venant tout droit de Cancun, Xel-ha ou Xcaret. C’est facile à reconnaître, ils affichent fièrement sur leurs fesses, enfin sur leur short, un gros « Xcaret ».

Pour se rendre au village de Tulum, on décide cette fois de ne pas prendre de taxi qui pour nous s’en mette plein les fouilles. On part donc à la recherche d’un combi, on nous dit qu’il suffit d’aller au bord de la route. Il y a plusieurs sortes de personnes au Mexique : le tout petit vendeur qui essaye de nous refiler sa crème solaire et qui nous renseigne quand on le lui demande, et le gars qui attend qu’on lui achète une grosse et chère journée à Xel-ha ou ailleurs et qui nous indique avec un bref coup de tête la direction à prendre. Dans les lieux touristiques vous croiserez principalement des gens de la 2ème catégorie. Revenons à nos moutons, on tourne un petit moment pour trouver ce fameux combi qui nous fera économiser de l’argent, pour, au final faire comme tout le monde : prendre le taxi pour 30$.

Au village de Tulum, on tourne encore (qu’est ce qu’on aura tourné !) pour trouver un resto indiqué par un des chauffeurs de taxi, jusqu’à en trouver un qui a un nom pas si loin de celui qu’on a cru comprendre. On aura beau demander le nom exact, personne ne connait (non ne pas venir nous dire que c’est nous qui avons mal compris !) C’est pas grave, ce resto est comme ceux qu’on recherche . Pas de menu, il faut aller voir les casseroles en cuisine qui chauffent. On prend place sur nos chaises plastiques Coca-Cola, pour JM ce sera un caldo de camarones (bouillon de crevettes) et pour moi un mole, le tout arrosé d’un délicieux jus de pastèque frais, un régal ! Prix : 120$ pour 2 (environ 9€). Nous allons ensuite faire quelques courses pour le soir. Le supermarché se trouve à environ 2kms en direction des hôtels, on y va à pied en profitant des boutiques sur le bord de la route. Tous les magasins à touristes vendent la même chose : tapis du Chiapas, colliers, poteries... qu’est ce qui les différencie ? Est ce qu’ils arrivent à rentrer dans leurs frais ? Qu’est ce qui nous fait acheter dans l’un plutôt que dans un autre ? Pour nous ca sera cette indienne qui ne nous a pas sauté dessus quand on a jeté un regard dans sa boutique. JM aura facilement négocié avec humour et elle voudra apprendre à dire « 80 » en français... pas facile !

Quelques courses au supermarché puis taxi pour faire les derniers 2-3kms restants jusqu’à l’hotel (en tout 5kms du village à l’hôtel). Le taxi nous demande 40$, le même prix que depuis le village, pour la moitié de la distance. Quoi ??? On lui dira qu’on est pas d’accord, on lui donne 30$ un point c’est tout, il a pas à discuter. Ici, les taxis ont le monoploe, donc ils se gavent.

Petite sieste dans notre cabaña pendant les heures chaudes de l’après-midi, puis plage vers 17h. L’est y est toujours aussi bonne, mais le vent s’est levé et le soleil est caché derrière de gros nuages. Dommage, c’est le seul moment où on voulait profiter de la chaleur à son juste titre !

Très beau couché de soleil dévoré par les moustiques. On a beau mettre du répulsif dans la cabaña, elle est en bois « aéré » et seule la moustiquiaire du lit aura le dessus. De toute façon on est crevé !

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

mardi 18 septembre 2007

Mardi 18 septembre: Uxmal

Programme de la journée : UXMAL. Sauf qu’au moment de partir JM s’aperçoit qu’il n’a pas sa casquette. Ne serait-elle pas restée dans la voiture de Philippe ? Un rapide appel nous le confirme et donc taxi avec toutes nos affaires jusqu’à son local...

Là on s’aperçoit que l’heure est déjà bien avancée, déjà 11h30 et notre bus est à 12h à l’autre bout de la ville. Pas trop le temps donc de s’arrêter papoter avec Philippe, on repart tout de suite en avertissant le chauffeur de taxi qu’il n’a que 20 minutes pour traverser le centre. Challenge réussi, on achète vite nos billets et on se pointe devant le bus où une horlage affiche somptueusement 11h20... Il faudra qu’une fille du terminal de bus nous montre 3 horloges différentes pour nous faire comprendre que c’est ma montre qui avance de 40 minutes. Et exceptionnellement le bus à 20 minutes de retard. On poirotte donc une bonne heure.

Petite aparté sur les bus au Mexique : ils sont généralement ponctuels et de bon confort. Il existe plusieurs classes comme dans nos trains, la différence majeure résidant sur la présence ou non de toilettes. Les sièges parfois un peu plus confortables en 1ère quand on veut y passer la nuit. Par contre, dans l’un comme dans l’autre la clim y est à fond, prévoir donc dans ses valises un bon pull qui servira essentiellement à cet usage.

(Chema) Arrivée après 1h30 de voyage. Un semblant de fôret tropicale pointe son nez et il fait chaud. Après 5 minutes dans le site, on est littéralement bouffé par les moustiques. Heureusement on a pensé à la bombe anti-moustiques. Le couple de français à côté de nous fait rapidement demi-tour pour aller chercher la leur. Et ils auront raison car il faudra s’’en asperger toutes les 1/2h pour être plus ou moins tranquille. Première impression du site : la plus imposante pyramide du site nous fait face. Par là un iguane, ici un autre et là oh là là, un jaguar !! Mais non je déconne, juste un autre très gros cette fois-ci iguane, se prélassant au soleil. La visite nous impressionne par la richesse des scultures des temples mayas. Les motifs sont jolis, agréables à regarder (et bien conservés, ou plutôt restaurés). Nous mangeons quelques collations au sommet de la « grande pyramide » qui domine l’ensemble du site, vue imprenable, avec quelques aigles qui planent sur la fôret. Petite admiration devant un groupe de jeune qui monte sur la pyramide en petite chaussures et sans une goutte d’eau... Nous rejoignons le quadrilatère des nonnes, le temple des phallus (et oui, ca les intéressait aussi à cette époque), le trône aux 2 têtes de jaguar qui représente la vie éternelle, le palais du gouverneur...

Soudain je me rend compte que j’ai égaré mes lunettes. Marche arrière toute mon capitaine, il faut que je les retrouve pour le reste du voyage. Au bout du compte Fleurine les retrouve là où je me suis fait piquer par un insecte (pas un moustique), et en me baffant sur le lieu du crime (le nez), l’objet convoité s’est envolé dans les herbes. Fleurine rigole bien de ma sottise car je suis passé plusieurs fois à cet endroit sans les voir (Note de Fleurine : je me fous bien de lui aussi pour 1/ se frapper et ne pas faire gaffe que les lunettes tombent et 2/ pour le fait de voyager avec une tête en l’air qui m’a déjà fait un foin le matin pour ses lunettes ! )

De retour à l’arrêt de bus, un rideau d’eau s’écoule sur nous, juste le temps que le bus arrive. Sur le chemin du retour, on s’aperçoit que les quelques minutes de pluie ont suffit à inonder les villages aux alentours.

A Mérida le prochain bus pour Tulum est à 23h55 (trajet prévu de 8h), nous patientons à partir de 19h dans un café internet, puis dans un burger king au centre de la ville. Honte à nous nous direz vous, mais le Burger King est une longue histoire entre nous, et nous en faisons 1 à chaque voyage à l’étranger (un seulement !) A 23h55, le bus démarre, direction Tulum.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

lundi 17 septembre 2007

Lundi 17 septembre: la côte du golfe du Mexique

Ce matin Philippe vient à nouveau nous chercher pour nous amener sur la côte du golfe du Mexique...

Nous passons d’abord par son local « Le Fin Gourmet », le fameux et très connu, surtout sur le forum du Mexique, puis petite halte dans une grande place, c’est à dire un grand centre commercial à l’américaine. Philippe nous montre quelques fruits et légumes locaux, dont le fameux gros avocat typique du Yucatan et les pitahays, fruits roses en forme de fleurs (vient de la fleur du cactus). Fruit tout rose à l’intérieur avec des sortes de pépins noirs qui se mangent, comme ceux du kiwi. Le goût s’y approche d’ailleurs pas mal. Nous prenons ensuite la route de la côte (environ 40kms) que nous longeons jusqu’à Telchac pour observer flamants roses, pélicans, frégates (oiseaux dont l’amplitude de leurs ailes leur permet de ne se poser que sur des cimes d’arbres ou similaires), cormorans. Nous longeons également de grandes maisons individuelles, de touristes canadiens particulièrement, bordant la plage.

Nous atteignons Telchac, un petit village bien mexicain. La plage est jolie mais un peu sale, et Philippe nous explique que c’est toujours ainsi : les mexicains sont sales, mais il n’y a de toute façon aucune poubelle et comme ici ce ne sont que des touristes mexicains, personne ne nettoie. L’eau par contre est bien bleue, avec 3 nuances différentes en partant du bord. Il y a également des bateaux de pêcheurs qui ont installés de longues cordes à des bambous afin d’y pêcher le poulpe.

Retour à Progresso pour grignoter un bout. Le serveur nous prend pour de parfaits touristes américains quand en voyant notre panière à totopos (ce sont nos tortillas style Doritos® qu’on utilise en France pour manger du Guacamole par exemple) vide, il nous demande : « More chips ? » Bon ok en France on dirait ça, mais qu’on nous dise ça au Mexique et en plus en anglais, non non et non !! De plus, là où nous avons mangé est le même système que la veille, c’est à dire qu’à l’achat d’une boisson on t’apporte des tapas yucathèques. Mais je crois que le serveur s’est un peu fichu de nous sur les quantités... Nous récupérons Naydy à la sortie de son travail à Progresso puis retour sur Mérida. Philippe fait un petit détour par le quartier chic de Mérida pour nous montrer les belles grandes maisons, et également pour y voir une belle représentation du Mexique, pays de contrastes : au bout d’une rue où les maisons font au minimum 300m² avec de belles voitures garées devant, se trouvent des maisons, voir des cabanes délabrées où vivent des familles entières d’autres mexicains. Au Mexique, il y a les riches et les pauvres , la classe moyenne est très petite.

On achète quelques bières et on va chez Philippe et Baydye pour la soirée. Ils commandent des tacos el Pastor qu’on se fait nous même, bien installés sur leur nouvelle terrasse au 1er étage de leur maison. L’air est bien agréable le soir. Un tacos : - une tortillas (blé ou maïs, selon ce que vous préférez) - de la viande el pastor (porc) - oignons (non cuits) - coriandre (en option) - sauce verte, sauce rouge - sauce piquantes (2 gouttes, pas plus, ni moins!) - citron - ananas Miam miam miam !!!

Naydy nous ramène à l’hôtel après cette très bonne soirée...

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

dimanche 16 septembre 2007

Dimanche 16 septembre: les Cénotes

Cénote : Les cénotes (du maya dz'onot) sont des gouffres ou avens remplis d'une couche superficielle d'eau douce et parfois d'une couche inférieure d'eau de mer (s'ils communiquent avec l'océan par des failles). On les trouve en Amérique du Nord et centrale, et plus particulièrement dans la péninsule du Yucatán au Mexique. Ils font office de puits naturels qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de profondeur...

5h00 : le téléphone sonne, c’est mon sac qui arrive ! Bon il attendra bien jusqu’à 7h00...

Petit déjeuner et bonheur de pouvoir enfin se changer, direction l’hôtel Castellano où nous avons rendez-vous avec Philippe, du forum du Mexique. Il arrive un peu en retard et en taxi, ayant oublié qu’étant le jour de l’indépendance, le centre-ville est bloqué par un défilé. (Chema) : Direction la maison de Philippe où nous rejoignons sa femme Neydy et deux amis à eux, Luis et Lily et leur petite fille Sophia. Et en route pour une petite balade à la découverte des cénotes !

Cénote : Les cénotes (du maya dz'onot) sont des gouffres ou avens remplis d'une couche superficielle d'eau douce et parfois d'une couche inférieure d'eau de mer (s'ils communiquent avec l'océan par des failles). On les trouve en Amérique du Nord et centrale, et plus particulièrement dans la péninsule du Yucatán au Mexique. Ils font office de puits naturels qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

Sur le chemin, nous croisons des petits villages où on circule par l’intermédiaire de « tricicletos » (sorte de vélo à 3 roues, 2 à l’avant, où on peut transporter d’autres gens). Jusque là rien d’anormal, mais lorsque les villageois utilisent la moitié d’un scooter au lieu de pédaler sur un vélo, on trouve ça amusant !

Nous croisons également une église de style européen classique, abandonnée et barricadée. Mais qu’est ce quelle fait là, cette église ? Surement lors de la conquête, une petite communuté pratiquante serait venue dans ces terres reculées pour évangéliser la population locale...

Un peu plus loin, les maisons des villageois nous étonnent : les murs en chaux sont de forme ovale, et le toit est en paille ou similaire, et doit s’envoler au premier ouragan. Certaines toitures sont retenues par des cordes, comme si on empêchait une montgolfière de s’élever. Au milieu, une arène de corrida faite « maison » : ici aucun béton, pas de peinture rouge, mais un assemblage de bois en forme circulaire, un peu de feuille de palmier pour cacher le tout, et nous voici avec une belle arène artisanale. J’espère que les taureaux ne sont pas trop costauds !

Arrivés à notre destination, nous rejoignons un petit terrain de terre en guise de parking où nous attend notre prochain moyen de transport pour atteindre ces précieux cénotes : des rails espacés de 50cms, une charette en bois, un cheval bien maigrichon et notre cochet. Ces rails et charettes étaient utilisés par une hacienda maintenant à l’abandon. Les villageois avaient gardé les rails pour aller chercher de l’eau. L’assise est un peu dure, mais finalement c’est ce que nous recherchions, quelque chose d’authentique (ou presque dixit Philippe, parce que le tourisme arrive tout doucement et qui dit tourisme... ) Le principe de ces cénotes est très simple : le gars qui nous conduit sur sa charette nous mène d’abord à une première cénote, nous y restons le temps que nous voulons puis il nous conduit à une seconde cénote, et enfin à une troisième. Il reste avec son cheval en nous attendant...

Le premier cénote est immense et l’eau d’un bleu turquoise splendide. L’eau y est tellement claire que l’ont croit pouvoir toucher le fond qui se trouve facilement à 5m de profondeur. L’endroit est magique mais n’arrive pas à la ceinture du deuxième cenote. Cette fois-ci l’accès est légèrement plus périlleux. Il faut faire attention là où on marche car il y a quelques trous dans le sol, ceux-ci laissant rentrer des rayons de soleil en faisceaux à l’intérieur des cénotes.

Nous descendons l’escalier qui nous mène à une vingtaine de mètres de profondeur et la magie opère : de longues racines d’un arbre tentent de toucher l’eau pure, la lumière du soleil traverse cette eau limpide et donne cette couleur turquoise unique à cet endroit. Nous nous y baignons et prenons le temps d’apprécier cette merveille de la nature...

Et nous repartons sur notre charette pour le 3ème et dernier cenote. L’accès cette fois est beaucoup plus difficile puisqu’il faut descendre à travers un trou de 1,5m de diamètre à l’aide d’une échelle droite en bois. Ce dernier cénote a un nouveau style, les quelques rayons de soleil atteignent directement le centre du cenote où se trouve une sorte de petit îlot sous-marin.

De retour de cette fabuleuse balade, nous allons nous restaurer dans un des restos préférés de Philippe (après son resto Le Fin Gourmet !), le D’pilou. C’est un resto qui a le même principe que les bars à tapas en Espagne : à l’achat d’une boisson on nous offre un plat Yucathèque. Que cela ne tienne, la table se remplit de tacos, pozole, guacamole, ceviche et autres spécialités culinaires de la région. Une deuxième tournée de bières et hop, cette fois-ci nous avons de la longanisse, des taquos de requins et autres plats dont je ne me rappelle plus le nom... au total, une trentaine de petits plats sont passés sur notre table, sans oublier les fruits, mangue, jicama, orange... Autant dire qu’on s’est pêté le bide !

De retour à l’hôtel nous nous jettons sur le lit pour digérer la nourriture et l’émerveillement de cette journée.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

samedi 15 septembre 2007

Samedi 15 septembre: Chichen Itza et Mérida

Debouts à 7h, RDV avec Anya, une polonaise rencontrée à l’auberge de Tulum et qui fait exactement le même trajet que nous pour le moment. On part de bonne heure pour être dans les premiers à arriver sur le site de Chichen Itza. 1/2h de marche (site à environ 2kms de Piste) et nous voilà sur le parking du site : personne ! Une fois entrés, seulement une famille mexicaine par ici, 3 routards par là, et nous... le bonheur !

Tout est encore très brumeux quand on arrive devant « el Castillo », mais tout se lève d’un coup, nous laissant découvrir peu à peu cette merveilleuse pyramide. Et à 9h, le soleil tape déjà pas mal !

Nous commençons par la partie Toltèque-Maya, la principale. L’avantage de ne plus pouvoir monter sur la pyramide principale, c’est qu’on peut faire des photos sans prendre personne dessus !

Un vendeur de « babiolles » s’approche de JM et lui propose d’échanger sa casquette contre une reproduction du calendrier maya. Mais il fait trop chaud ici pour se passer d’une casquette ! Il lui proposera alors d’échanger avec ses chaussures, ou son tee-shirt. Le calendrier nous plaisant bien et JM ne voulant pas rentrer à poil, on l’échangera pour finir contre quelques pesos négociés ! On recroisera ce jeune veduer 3 autres fois, avec des yeux de plus en plus envieux et nous proposant tout plein de choses à échanger contre la fameuse casquette.

Au détour d’un petit temps, je croise un américain qui me demande si Boubou, attaché sur mon sac, voyage toujours avec moi. Il me présente alors « Ma Vache », son compagnon de voyage autour du monde.

Plus loin, nous sommes impressionés par la taille du jeu de balle où quand on tape des mains au centre du terrain, on entend 7 fois l’écho, dixit Le Routard, essayé et approuvé !

Sur le site se trouve également des cénotes, des puits naturels géants où on faisait toutes sortes de sacrifices, même humains. C’est impressionant...

Un vendeur Maya discute avec JM, lui montrant les « grandes » similitudes entre le maya et le français : « Cheveu » se dit « mèche » « Nez » se dit « ni » « Bouche » veut dire « dos » Bon un peu tiré par les cheveux à notre goût (tout est bon pour vendre !) mais il nous apprend aussi des choses intéressantes sur la culture maya d’autrefois : ces similitudes dans le vocabulaire viennent de l’évangélisation qui a été faite par des français. De plus, le nom « Chichen Itza » vient du rassemblement entre 2 peuples de ces noms là respectivement. Il nous dit plein d’autres choses, mais ma faible compréhension en espagnol et ma mémoire d’éléphant (!) ne me permettent plus de raconter tout ca...

La partie purement maya du site est également très intéressante, différente, mais la matinée ayant bien avancé le site est maintenant remplit de touristes et la chaleur nous tient à bout.

Après le site, un bref appel à l’aéroport pour prendre des news de ma valise ui devrait nous rejoindre demain matin à Mérida !

Dans le bus de Chichen à Mérida, Anya nous offre en remerciement de la journée avec nous une glacé au maïs achetée dans le bus à un vendeur ambulant. Ces vendeurs montent au détour d’un tope (sorte de ralentisseur souvent artisanal), puis redescendent du bus au vilage suivant. Je ne sais pas comment sont faites ces glaces sorties tout droit d’une glacière et je ne veux pas le savoir, mais j’ai l’impression que je vais signer l’arrêt de mort de mes intestins qui se portent jusqu’alors très bien ! Mais c’est aussi difficile de refuser... La glace au maïs.... étrange, mais pas trop mal. Et puisque j’ai l’impression qu’on a franchi le pas de trop pour la bouffe, autant continuer en achetant à notre tour à un autre vendeur ambulant un paquet de chips maison (des chicharons) qui est en fait de la peau de cochon grillée ! Pour moi ça a le goût de chips d’apéro, donc pas de problème.

Arrivés à Mérida, on traverse tout le centre à pied pour rejoindre notre hôtel. Puis on s’en va manger sur une sympathique place au nord du Zócalo et après une petite sieste, direction le centre pour « el grito » ! (Histoire d’el grito : http://www.mexique-fr.com/independencia.php )

Il y a un monde fou sur la place, et surtout la chaleur y est accablante. Il y a une scène avec une chanteuse mexicaine, une autre dans le même genre (avec de la danse), les sons ne se mélangeant pas d’un ton très mélodieux ! Un petit groupe de djumbé d’un côté, un combat de coqs qu’on a jamais trouvé de l’autre. Assis sur une marche, on s’amuse à regarder les gens, surtout les jeunes ados frimant devant les filles, ou une petite fille avec la panoplie du fêtard national : un drapeau, un sifflet, un sombrero. Nous aussi avons notre petit drapeau maxicain et nous nous mélangerons à la foule pour crier avec elle « Viva Mexico, viva !! » Le grito devait être fait à 22h50, mais on attendra la gouvernante du Yucatan pratiquement 10 minutes, puis on essayera de la voir par l’intermédiaire d’un écran géant où le cameraman à dû s’endormir en train de filmer le sol . Ah ces mexicains ! Cependant, nous sommes agréablement surpris par le spectacle pyrotechnique, le tout sur un fond de Mariachos et d’un gars criant sans arrêt au micro : Viva Mexico ! Viva Yucatán ! C’est très entrainant et tout le monde y va de son drapeau.

La nuit continue par un concert (avec un chanteur cubain, pas mal pour une fête nationale!) mais pour nous dodo car demain on se lève de bonne heure.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

vendredi 14 septembre 2007

Vendredi 14 septembre: Coba

On se prépare vite fait (pas dur quand on a qu’un jean et un tee-shirt !) et après un petit déj. à l’auberge, direction le terminal de bus pour Coba (1h de trajet avec ADO 1ère classe y avait pas le choix).
Le bus s’arrête au bord d’une route et nous annonce : Coba ! On descend, le car repart. Euh… c’est vraiment là Coba ? Il y a quelques habitants qui nous confirment que nous sommes au bon endroit, il n’y a plus qu’à suivre la route...

(Chema) Après 1km de route au milieu de nulle part, nous atteignons l’entrée du site avec 5-6 bus de touristes stationnés devant. Finalement, nous ne serons pas tous seuls .

Nous pénétrons sur le site, marchons allègrement en découvrant les premiers vestiges.
Un « entrepôt » de vélo sur le bord du chemin, on nous propose de nous en louer pour visiter le site. Il n’y a « que » 4kms aller-retour à faire, on décide de les faire à pied. Mais nous avons oublié le facteur chaleur qui font des 4kms un long trajet quand même ! On dégouline et on s’arrête tous les 200m pour boire un coup.

Arrivés à la grande pyramide, nous la gravissons sans peine dans les 10 minutes qui séparent 2 hordes de touristes. Nous pouvons ainsi profiter presque seuls du paysage magnifique, lac, forêt à perte de vue. Nous nous sentons puissants si haut.

Après la descente, nous nous rafraîchissons avec des boissons fraîches achetées sur le site (au moins 2x plus cher) et 2-3 échanges avec des guides locaux qui parlent Maya entre eux. Et c’est reparti pour le retour sous une chaleur de plus en plus accablante.


(Xochitl)
Petite définition des hordes de touristes américaines :
Des bedaines à l’air, parlant fort l’anglais, et s’approchant de toi quand tu prends une photo d’un insecte en disant très fort : « qu’est ce que c’est ? Qu’est ce qui a à voir ? Ah, c’est juste une grosse sauterelle ? » (d’un air déçu)
Quand t’as 10 personnes qui sont venues te voir et que ta sauterelle est encore là, tu peux dire que tu as de la chance !

Le site est encore en fouilles, si nous revenons dans une dizaine d’années, peut-être sera-t-il aussi connu que Chichen Itza ou Uxmal...

Petit repas sympathique de quesadillas con rojas.

Le bus ne passe qu’en fin d’après-midi, nous allons donc l’attendre, avec 2h d’avance, sur une terrasse.
Là on recroise une fille, Anya, qui était avec nous à l’auberge de jeunesse de Tulum et elle nous dit qu’elle a pu voir des crcocodiles pas loin sur un ponton. On décide donc d’aller voir à notre tour et là un gars nous dit que pour aller sur le ponton, faut payer 10 pesos chacun. Un peu cher pour faire 3m sur un bout de bois et voir un truc naturel !
On revient donc sur nos pas et 100m plus loin, là où il n’y a pas de ponton, alors qu’on voulait juste voir un oiseau, on aperçoit un de ces fameux crocodiles : entre 4 et 5m de long !

Retour sur la terrasse, là je demande à JM d’aller téléphoner pour ma valise toujours perdue. Il y va donc, un peu plus loin pour trouver un téléphone en état (ce qui n’a pas l’air d’être courant dans la région !)
Là le bus arrive, le dernier de la journée. Pas de JM en vue, je l’appelle et court dans tous les sens sans le voir, tout le monde me regardant, intrigué.
Je demande au chauffeur d’attendre 2 minutes pour mon ami que j’ai perdu. Ok... puis il va faire demi-tour et avance tout doucement...
Là je vois JM au loin qui court pour revenir.
Je ramasse toutes nos affaires sur la terrasse puis fait des signes au chauffeur que ça va être bon. J’explique aussi au gars de la terrasse que je n’ai pas d’argent pour payer le coca mais que « mon amigo » arrive pour le faire.
Je grimpe vite dans le bus en gesticulant à JM de payer le coca.
Mais le gars n’a pas de change sur nos 200$, il me voit déjà dans le bus et dis donc d’un signe à la main de filer à JM, tant pis pour le coca...
Ca, je suis pas sûr de trouver des gars sympas comme ça en France !

On arrive à Piste, le village de Chichen Itza, où on se trouve un petit hôtel. On rêve d’une douche bien fraîche, pas de chance l’eau est en panne.
Le temps d’aller s’acheter un petit snack pour le soir (les magasons Oxxo ne vendent que des chips et des boissons !), l’eau est revenue, et la douche bien appréciée.

Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::str() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/classes/class.blogpost.php on line 113 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35 Strict Standards: Non-static method dt::_callback() should not be called statically in /var/www/clients/client1/web2/web/mexique/inc/libs/lib.date.php on line 35

jeudi 13 septembre 2007

Jeudi 13 septembre: L'arrivée


Ca fait peu une nuit de 5h…

Heureusement avec les 11h40 de vol (Amsterdam – Cancun) je pourrai avoir du temps pour dormir !
A l’aéroport, je suis décidément déjà trop vieille pour comprendre la haute technologie. Fini le vieux papier pour le billet, maintenant pour être moderne c’est le «e-billet». On arrive à l’aéroport avec un mail imprimé chez soi et on s’enregistre tout seul comme un grand à une borne. Ok fastoche !
Sauf que leur truc est incompréhensible, on nous demande de présenter son passeport mais non, toi t’as forcément LA version passeport qui ne convient pas sur la machine, mais ça te le dit même pas... Puis comme le vol est pour l’Amérique, il faut rentrer sa date de naissance et compagnie…

Ah ça y est, mon billet sort ! Ne pas oublier de valider sur l’écran qu’on a prit la 1ère moitié du billet sinon on a pas la fin.
Ah oui, on ne choisit plus sa place dans l’avion car on l’a déjà fait en achetant son billet (ah bon ?)
Bon la Madame derrière son comptoir est toujours là pour récupérer le bagage, au moins ça évite d’avoir remplacé l’homme par la machine, pas de chômage, et je dirai même que ça a créé des postes puisque maintenant il faut un mec à chaque machine qui t’explique comme elle fonctionne !

Ensuite arrive mon moment préféré : la sécurité ! Comme à l’accoutumée faut se dessaper devant tout le monde, j’adore…
Mais ça doit être mon jour de chance, je n’ai que ma ceinture à enlever.

Arrivée à Amsterdam, 50 minutes pour changer d’avion, c’est décidément mon jour de chance en 5 minutes je suis à la douane et ma porte d’embarquement est juste après. Pas trop de réjouissance, je sais que la chance va tourner…

L’avion n’est pas plein et je m’apprête à changer de place pour être plus confortable quand mon voisin commence la discute. Carlos est mexicain, il vit à Playa del Carmen, sa copine est française, ou belge, j’ai pas trop comprit. Il vient d’obtenir un job en Espagne et espère que son voisin au Mexique n’a pas oublié d’arroser ses plantes !
Nous discuterons pas mal durant le voyage, lui en anglais, moi en baragouinant quelques mots.

L’arrivée à Cancun est sympa, l’eau est magnifique ! Sur terre, je suis surprise de ne voir que des arbres partout. Bon je ne sais pas trop à quoi je m’attendais en fait, mais on ne voit aucune ville.
A la sortie de l’avion je suis le troupeau de touristes (dont je fais parti) pour passer l’immigration. Carlos a une tête de mexicain, un douanier vient le voir et lui demande son nom. Il s’appelle juste Carlos, mais ça suffit pour le faire passer devant tout le monde.
J’avance donc avec le reste du troupeau. Derrière moi un coule de français du nord (j’ai rien contre eux, j’ai juste reconnu à l’accent !) jouent leur vrai français : la douane pas encore passée ils allument déjà leur portable, l’homme découvrant avec peine qu’il n’a pas l’option internationale.
Puis critique du douanier qui ne vas pas assez vite : « Ca doit être l’heure de la sieste ».
Enfin quand un gars se met à éternuer, ils font la remarque : « Ah ça, ça doit être un mexicain qui éternue ! » Euh aussi doivent être doués en accents étrangers… Ils pensent que tout l’avion va s’installer dans le même complexe hôtelier… (Ah ?)

Bref douane, puis récupération des bagages. C’est là que ca se complique !
J’entends un gars baragouiner quelque chose qui ressemble à mon nom. Le gars en question m’annonce que je fais partie des 3 passagers dont le bagage est resté à Amsterdam pour une raison inconnue (oh le vilain !)
Je crois que je me suis trop moquée de l’anecdote racontée par Bern sur le forum du Mexique !
Ce n’est pas grave, il y a un autre avion d’Amsterdam demain soir, je n’ai qu’à donner le nom de mon hôtel et on me l’apportera. C’est là que je regrette de ne pas être un touriste lambda qui va rester 10 jours coincé dans son hôtel !
Je récupère donc simplement un numéro de téléphone à appeler demain soir (sauf que le numéro n’est accessible que de 12h à 18h et que l’avion n’arrivera pas avant 23h… on verra bien).

A Cancun comme à Mexico, pour sortir avec son bagage il faut appuyer sur un bouton :
- vert  tu passes
- Rouge  on fouille

Le douanier a pitié de moi avec mon petit papier jaune pour seul bagage, il m’épargne du bouton, alors que j’ai quand même mon petit sac de cabine bourré de bouquins… je suis heureuse de voyager qu’avec ça, ça va être super pratique !
Là je retrouve Carlos. Je lui explique mes malheurs, lui aussi doit avoir pitié de moi : il me mène gentiment aux arrivées nationales où j’attend JM.

L’attente de JM est longue, j’hésite entre la chaleur extérieur où il doit faire 33°C (je suis en jean et en pull, et je n’ai que ça) et le froid climatisé de l’aéroport…

Ouf l’avion de JM arrive comme prévu, et lui aussi !
Achat du billet de bus et on part directement à Tulum (2h45).

Là mon premier repas mexicain ne me déçoit pas, au contraire de ma première venue au Mexique il y a 5 ans : enchiladas poblanas al queso, et chile rellenos pour JM.
Et en entrée : chicharron de queso con guacamole.
La bouffe est comme je l’imaginais !!

Après le repas on essaye de planifier un petit itinéraire pour les prochains jours mais la fatigue l’emporte, on verra ça plus tard…